Berrocal

1973-1976-1979

78,0099,00

Notes



Effacer

BERROCAL – 1973-1976-1979 – ROTOR717273 BOX

Descriptif :
Ce coffret luxueux couleur Rose Cadillac, « 1973-1976-1979 » remet en circuit les 3 premiers albums de Jac Berrocal (Musiq Musik – Parallèles – Catalogue) auxquels participent d’innombrables personnalités des musiques de traverse de l’hexagone. Première réédition en disque vinyle 200g remastérisés pochettes métalliques colorées, un livre broché impressionnant de photos et documents inédits viennent agrémenter cet édition numérotée et limitée.

MUSIQ MUSIK premier album de Berrocal, enregistré en 1973 aux réverbérations excessives de la crypte de l’église Saint-Savinien à Sens, est un véritable carnet de voyages sonore, d’instruments rapportés par jac Berrocal et Roger Ferlet lors de leurs nombreux périples : Pakistan, Afghanistan, Népal, Inde, Jordanie, Irak, Syrie, divers instruments : clochettes, muezzins, conques, shenaïs, cymbales, gongs… agrémentés de sons urbains et incongrus : klaxons, sifflets, poules, harmonium et lessiveuse, le tout installés sur un kiosque. L’idée ? Faire de la musique ensemble, Jac Berrocal, Roger Ferlet, Dominique Coster.

PARALLELES
1976, Vince Taylor, l’Archange Noir du rock’n’roll, accepte de venir enregistrer « Rock’n’roll Station », une pièce de cliquetis futuristes d’une roue de bicyclette. D’autres sessions contraires aux usages, une porcherie avec des micros embourbés au milieu de cochons indisciplinés, des torchons secoués par Pierre Bastien au milieu de ce « bric-à-brac » une pièce bruitiste en hommage a Luigi Russolo au répertoire réorganisé par des bonus et des inédits de la même période.

CATALOGUE
1979, l’année de l’album Catalogue. Jac Berrocal et ses « Marquis du désordre » font crépiter les guitares dans des vomissures flinguées au pistolet à amorces, des patchwork de slows incontrôlables, d’accordéon furieux (Claude Parle) et de rocks martiaux. Sorte de « Micro-cinémas mis bout-à-bout», un maelström de cris et de saturations qui, paradoxalement, un album qui vaut le respect des Punks et le mépris des puristes du jazz. Berrocal est certainement l’unique cousin français de la no wave new-yorkaise.