Sand

Il y a parfois une part de magie et d’inexplicable dans la création des choses, et Sand pourrait bien faire partie de ces phénomènes mystérieux. Narrateurs, musiciens, shamans, génies, Sand était à la fin des années 60 P.O.T. (Part of Time), les morceaux crées à cette époque n’ayant jamais été sortis jusqu’à aujourd’hui.

Deux approches différentes prévalent avec ce groupe, la première étant d’avant-garde proto-industrielle expérimentale avec les compositions du trio Ludwig papenberg et son frère Ullrich Papenberg, et Johannes Vester. La deuxième approche du même trio, augmenté de quelques autres membres, a une touche plus rock dans la veine de The piper at the Gates of Dawn de Pink Floyd, et moins personnelle que la position visionnaire expérimentale caractéristique de Sand, une réelle entité complètement unique dans l’histoire de la musique et des disques.

A cette époque, Klaus Schulze a développé un processus d’enregistrement spécial avec l’ingénieur du son Manfred Schunke, processus qui s’appelait Artificial Head Stereo Sound, qui comme le surround créait l’illusion d’un son venant de partout. En 1974 l’album Golem était enregistré et sorti sur le label Delta Acustic.

Sand dit que Manfred Schunke et Klaus Schulze étaient les grands mentors de Sand.

Malgré tout classé par genre à cause de cette tendance à donner des affiliations, Sand ne dépend pas d’un style krautrock classique, mais fait tout de même partie de cette vague de groupes allemands cosmiques psychédéliques. Ce groupe est aussi la genèse de la musique industrielle, nous emmenant dans un voyage cérébral-cosmique-étrange-dark à la fois, avec une finesse, une élégance et une force hautement originales. Pris au piège, avalé par les sables mouvants, charmé par cette combinaison unique et inédite de guitares acoustiques, synthés, générateurs de sons, radios à ondes courtes, bruits d’usines, marteaux des docks, machines agricoles, tourbillons de sable et atmosphère étrange et surnaturelle, l’auditeur découvre et vit l’histoire de Sand et de son Golem, leur unique album sorti jusqu’à maintenant.

Julian Cope dit de Golem dans son Album of the month: « Fouillez dans ce putain d’étrange son de Saxe et emplissez votre coeur ».

rotorelief sort à partir de 2010 une série de nouveaux albums de Sand, ainsi que de Nurse with Wound et Current 93. La série d’albums de Sand s’appelle « INXOM », une lettre par album, expliqué comme suit par Johannes Vester: « Courant entrant, Inspiration, (…), dans X il y a OM (ODEM) ce qui voudrait dire: Il y a Om/Odem/Atman dans l’Inconnu (X), cela pourrait aussi correspondre à « chem » qui est dans XOM, vous savez le sens dans le mythe du Golem. Enfin, pour moi ça sonne comme l’attitude électronique en symbiose avec l’esprit de Sand… »

Ce sont donc 5 albums de Sand qui vont sortir.

Deux albums supplémentaires de Nurse with Wound et Current 93, ceux qui ont amené à la lumière du jour cette tranche de mystère qui est Sand avec son unique album Golem, viennent augmenter le nombre de lettres dans le projet, et avec ces deux albums en sus la série devient INXODEM.

Aujourd’hui INXOM nous révèle l’histoire étrange et obscure du Golem, façonné par un groupe d’avant garde et cet unique album était « juste » un petit morceau de cette histoire.

Une seule chose à faire afin de connaître cette histoire: écouter

His First steps – Golem – Desert Navigation – Sylph Ballet – North Atlantic Raven de Sand,

et aussi Chromanatron de Nurse With Wound et When the May Rain Comes, une reprise de Sand par Current 93.

Close Cart